Mathilde Seigner et Norbert de Top Chef : franc-parler ou impolitesse ?

Publié le par Nine/Tendance Guest

mathidle seigner et norbertLa franchise, cette douce vertu qu’on se targue tous, plus ou moins, d’avoir… On aime les gens « vrais » ceux qui n’ont pas leur langue dans leur poche, ceux dont on sait toujours ce qu’ils pensent. Oui, on aime la franchise mais dans certaines proportions.

 

Mathilde Seigner connue pour son expression toujours aussi aimable (ironie inside) est aussi célèbre pour ses rôles que pour son caractère de cochon. La demoiselle pense et n’aime rien mieux que d’exprimer tout haut ce qu’elle peut être la seule à penser tout bas. D’où certains impairs. Le dernier en date ? Lors de la soirée des César 2012 où, alors qu’on lui demandait simplement de remettre le prix du meilleur second rôle à Michel Blanc, elle n’a rien trouvé de mieux que de contester ce prix qui, selon elle, devait revenir plus justement à Joey Star. Adorable ? Pas tellement. Joey Star s’enfonce progressivement dans son fauteuil, Michel Blanc voit son plaisir légèrement gâché et l’assemblée se confond en toussotements.

 

mathilde seigner et norbert2De son côté, Norbert (Top Chef, M6), Nono  ou Bébert ou encore « le morbac de Top Chef » comme il se surnomme si affectueusement lui-même n’est pas en reste. En guise de franchise on le taxera davantage de franc-parler. Norbert et ses petites phrases sont devenus la coqueluche de certains fans de l’émission. Certains uniquement, oui. « T’es à Top Chef mon pote, t’y es avec ta tête, pas avec ton cul ! » ou bien « J’y mets les deux doigts, vraiment, gynécologue, les deux doigts ! » ne sont pas du goût de tout le monde. Certes, il est agréable de voir un candidat qui ne se laisse pas (trop) formater. Au-delà de ça, ses expressions sont terriblement vulgaires la plupart du temps et si elles en font rires certain(e)s, elles choquent également de nombreuses personnes. A commencer par ses collègues. Le pauvre Ruben ne sait plus où se mettre la moitié du temps. Doit-on lui reconnaitre un franc-parler ? Certainement. Néanmoins je lui accorderais plus volontiers le César du chef le plus vulgaire. Si, pour être franc, il faut sortir un juron ou une insulte tous les trois mots, il va sérieusement falloir revoir les règles de politesse inculquées aux enfants !

Publié dans Tendance people

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article