Christina Aguilera : de bombe à bonbonnière

Publié le par Nine/Tendance Guest

Christina aguileraFin des années 90 on découvrait Britney Spears. Au même moment apparaissait Christina Aguilera. Les deux poupées blondes purs produits Disney se livraient une guerre sans relâche où chacune avait pris un parti. Britney était la petite fille puritaine (ça peut éventuellement faire rire à présent) tandis que Christina avait opté pour l’option « je suis une femme ; regardez-moi. » Au fil des tubes Christina apparaissait de plus en plus décolorée et de moins en moins habillée. Très rapidement le monde entier a fait la connaissance de Christina « Dirty » Aguilera sur … Dirrty, le très justement nommé clip de la jeune femme. Baser sa communication / marketing / carrière / vie sur son physique est très avantageux dans un premier temps – pas un seul produit parfait « puritain 300% - anneau de chasteté » Disney n’est pas devenu une « pauvre fille à moitié nue qui s’est détournée du droit chemin ».

 

Cette stratégie est également dangereuse. J’en veux pour preuve les 10, 15, 20 kilos que Christina Aguilera a pris depuis le début de sa carrière. Se trémousser en body quand on fait du 32 a juste un côté « bi*ch » fortement prononcé. Point. Lorsqu’on s’entête à poursuivre dans cette voie mais que le body en question est une taille 46 et que les mouvements sont forcément plus difficiles à réaliser, c’est simplement pathétique. Le gras qui déborde de tous les côtés ? Ridicule dans cette tenue. Comme le souligne l’un de ses détracteurs, pourquoi ne pas adopter un style vestimentaire adapté à sa morphologie ? Des femmes pulpeuses et glamour il en existe suffisamment d’exemples pour trouver à s’inspirer.

 

Quoi qu’il en soit Xtina préfère se mouler de façon désavantageuse et trouver toutes les situations qui pourront la faire plonger encore un peu plus dans le gouffre. Comme cette représentation où un liquide foncé non identifié coulait le long de ses jambes. Absolument ignoble et terriblement humiliant. Alors, stop ou encore ?

Publié dans Tendance people

Commenter cet article