Quand il fait gris, j’autobronze

Publié le par Nine/Tendance Guest

Orages, nuages, ciel lourd et bas… Le soleil n’est pas loin, paraît-il, mais depuis le temps qu’il se cache, je l’ai eu – le temps- de perdre mes jolies couleurs gagnées pendant les quelques jours de répit du mois de mai. Alors pour ne pas faire pâle figure le jour où il se repointera – le soleil – et où il sera de nouveau de bon ton d’arborer jupes courtes et teint hâlé, à défaut de bronzer, j’autobronze.

 

Je sais : le mot n’est pas français. Pourtant, il mériterait bien sa place dans les dictionnaires, au même titre que gloups (gloups, c’est le cas de le dire), psychoter ou encore lol et comater (mais lol, quoi !). Reprenons : pour ne pas avoir l’air de Johnny Depp dans le dernier Tim Burton, je me tartine généreusement d’autobronzant (celui-là, il y est) tous les matins. Assiduité est mère de bonne mine et évite les dégâts du fond de teint et de la terracotta à la truelle.

 

Petite sélection pour celles qui auraient envie elles aussi de passer à la vitesse de croisière niveau peau de pêche ascendant brugnon :

Soleil identité ChanelAuto bronzant LancasterAuto-bronzant Clarins

  • Soleil identité de Chanel : pas donné, mais une bonne odeur de caramel (c’est pour cacher celle du principe actif, pas folichonne)
  • Lancaster soin autobronzant ultra naturel : la qualité de cette marque n’est plus à démontrer, on peut l’utiliser les yeux fermés
  • Clarins mousse exquise autobronzante à l’huile de mirabelle : sa texture chantilly donnerait presque envie d’en manger, elle fond sur la peau, un vrai délice

Ces autobronzants ont le mérite de combiner esthétique et soin, ce qui n’est pas désagréable et permet de ne pas alourdir la peau en superposant trop de couches différentes (même si c’est la grand mode).

Publié dans Tendance beauté

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article